06 Question de M. Gilles Vanden Burre au vice-premier ministre et ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, chargé de la Régie des Bâtiments, sur “l’exercice de simulation d’attentats terroristes par le Centre de Crise” (n° 22283)

06 Vraag van de heer Gilles Vanden Burre aan de vice-eersteminister en minister van Veiligheid en Binnenlandse Zaken, belast met de Regie der Gebouwen, over “de oefening van het Crisiscentrum in het kader van een simulatie van een terreuraanslag” (nr. 22283)

06.01 Gilles Vanden Burre (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, le Centre de Crise, en collaboration avec les services fédéraux auprès des gouverneurs de Liège et du Brabant wallon, a effectué le jeudi 30 novembre un exercice de gestion de crise. L’objectif était de tester le plan d’urgence national prévu en cas d’attentat ou d’attentat avec prise d’otages simultanée.

Comme l’ont rapporté les médias, l’exercice a été mené à l’aéroport de Liège et sur la base militaire de Nivelles et a permis de tester sur le terrain les aspects opérationnels et les aspects stratégiques des procédures d’urgence. Le scénario, qualifié de complexe mais réaliste, prévoyait une attaque terroriste et une prise d’otages dans un bus à Liège Airport, suivies d’événements similaires lors d’un rassemblement public à la base militaire de Nivelles.

Les retours de cette simulation sont positifs, selon la presse. Les impressions récoltées en fin d’exercice soulignent le bon fonctionnement de la collaboration entre les autorités provinciales et fédérales, ainsi qu’entre les services de police et de renseignement. Par ailleurs, le flux d’informations aurait également été bien géré.

Disposez-vous de conclusions officielles qui auraient été tirées de cet exercice? Quels sont les points positifs et ceux qu’il reste encore à améliorer, comme dans tout exercice? Quels sont les nouveaux dispositifs et les nouveaux protocoles qui ont été mis en place et testés depuis les attentats du 22 mars?

06.02 Jan Jambon, ministre: Monsieur Vanden Burre, à ce stade, aucune conclusion officielle n’a été tirée de cet exercice. Le débriefing officiel de cet exercice est prévu pour la fin du mois de décembre. Cependant, plusieurs points positifs ont été mis en avant ainsi que les points à améliorer.

En ce qui concerne les points positifs, le passage de phase provinciale à Liège et en Brabant wallon à une phase fédérale a très bien fonctionné. La collaboration étroite entre les autorités provinciales et fédérales ainsi que les contacts relatifs aux opérations policières et judiciaires ont été salués par les différents acteurs concernés.

Les communicateurs des différentes autorités et services concernés ont pu tester leurs procédures et actions d’information de la population grâce à une pression médiatique et citoyenne simulée démontrant l’importance de communiquer en période de crise.

Le portail sécurisé ICMS a été utilisé par les acteurs de l’exercice et a répondu à leurs besoins.

En ce qui concerne les points à améliorer, le débriefing permettra de les identifier de manière précise. Néanmoins, cet exercice a mis en avant l’importance de disposer d’une infrastructure opérationnelle et technique optimale pour assurer la gestion de ce type d’attentat majeur.

L’arrête royal du 1er mai 2016 portant fixation du plan d’urgence national relatif à l’approche d’une prise d’otages terroriste ou d’un attentat terroriste a été testé ainsi que les plans particuliers d’urgence et d’intervention provinciaux “terrorisme” de Liège et du Brabant wallon.

06.03 Gilles Vanden Burre (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, je vous remercie pour votre réponse. Il sera intéressant de revenir sur le sujet après le débriefing officiel. Nous avons voulu réagir rapidement à propos de cet événement survenu la semaine dernière, mais je comprends aussi qu’il faille procéder de façon systématique.

L’incident est clos.

Het incident is gesloten.