Communiqué de presse d’Ecolo, le 18 avril 2020

Sous l’impulsion du groupe Ecolo-Groen, le Parlement fédéral s’apprête à imposer des balises à la future application Corona qui qui pourrait être utilisée durant la phase de déconfinement.. Le député écologiste Gilles Vanden Burre a déposé à cette fin une proposition de résolution qui a depuis été co-signée par le PS, le Sp.a, le CD&V et l’Open VLD, soit une majorité potentielle au sein de la Chambre des Représentants. Pour les écologistes, le respect de ces balises est une condition indispensable du lancement d’une telle application.

« Le respect de la vie privée doit être le fil rouge du développement d’une telle application numérique qui a vocation, si elle voit effectivement le jour, à être un outil de protection et en aucun cas de contrôle des citoyen·ne·s », souligne Gilles Vanden Burre. « Cela implique plusieurs choses : l’utilisation d’une telle application devra toujours se faire sur base volontaire et les données recueillies devront être totalement anonymisées, gérées de manière décentralisée et détruites après usage », continue Gilles Vanden Burre.

Pour que l’application puisse être utilisée de manière volontaire, l’idéal serait d’utiliser la technologie Bluetooth. D’une part, cela évite que l’application puisse “suivre” la position exacte de l’utilisateur et, d’autre part, le Bluetooth est également le moyen le plus précis de mesurer la distance qui sépare deux appareils.

Il est important que tous les moyens soient mobilisés dans la lutte contre le Coronavirus et les applications peuvent avoir un rôle intéressant à jouer. Il est donc indispensable de leur imposer des balises strictes et claires  : « Nous avons examiné les pratiques en vigueur à l’étranger ainsi que les conseils d’universitaires et d’experts. L’utilisation d’une application devra toujours faire partie d’une stratégie de déconfinement plus large, qui donne priorité à la santé publique. À ce stade, il est important pour nous d’avoir trouvé une large base au Parlement qui va clairement dans le sens du respect de la vie privée et de nos libertés individuelles. Reste à concrétiser cet engagement par un vote de la Chambre. Nous continuerons d’y travailler dans les prochains jours », ajoute Gilles Vanden Burre.