MATHIEU COLLEYN, photo BELGA, site de l’Echo

Les verts réclament un politique structurelle pour encadrer les nouveaux modèles économiques tels qu’exploités par Deliveroo.

Ni le gouvernement fédéral ni le gouvernement bruxellois n’en font assez pour encadrer les nouveaux modèles économiques, estime Ecolo. Pour Gilles Vanden Burre, député fédéral, et Arnaud Pinxteren, député bruxellois, le conflit social qui oppose la plateforme de livraison Deliveroo et ses livreurs doit être considéré comme une opportunité. Celle de mettre le modèle coopératif à l’heure d’internet.
Rappelons que Deliveroo, mettant fin à sa convention avec Smart qui employait ses livreurs sous contrat, a récemment souhaité leur imposer un statut d’indépendant. Pour les rémunérer à “7,25 euros brut pour chaque livraison sans couverture sociale et sans assurance contre les accidents de travail”, dénoncent les deux députés de l’opposition qui constatent “une régression économique et sociale”.
Les verts avancent quelques propositions devant favoriser l’émergence de coopératives publiques qui reprendraient à leur compte les modèles proposés par les plateformes de partage. Celles-ci pourraient par exemple associer travailleurs et usagers dans l’intérêt de chacun.
Au niveau fédéral, Ecolo appuie la création d’incitants fiscaux pour les coopératives. Au niveau régional bruxellois, le ministre de l’Economie Didier Gosuin (DéFI) “fonctionne par appels à projets” au détriment d’une politique plus concrète comme la création d’un fonds de financement spécifique pour les coopératives, le soutien financier au développement des plateformes et la création de plateformes sectorielles coopératives. “La volonté est là, mais Didier Gosuin se trompe de moyens”, dit Arnaud Pinxteren qui appelle de ses voeux une véritable politique d’incitation à la création de plateformes publiques. (…)