Tueries du Brabant: “Pourquoi a-t-on écarté Christian De Valkeneer ?” (DH)

“ J’aimerais que le ministre explique pourquoi Christian De Valkeneer a clairement été mis de côté. Qu’est-ce qui sous-tend cette mise à l’écart ? Ce n’est pas clair. Y a-t-il eu des erreurs dans la gestion de l’enquête ou un acharnement obstiné sur une piste en particulier ? Koen Geens nous a annoncé (mardi) le transfert au parquet fédéral du dossier des tueries. La magistrate qui s’en occupera désormais, Marianne Capelle, est présentée comme une grosse pointure. C’est très bien. Mais pourquoi cette mise à l’écart de M. De Valkeneer ?”

Avec son collègue Van Hecke (Groen), le député fédéral Gilles Vanden Burre représente Ecolo à la commission Justice de la Chambre où Koen Geens a annoncé le plus important changement depuis 25 ans dans la conduite de l’enquête : le transfert au parquet fédéral du dossier que le parquet de Charleroi gérait depuis 1990, et depuis dix ans M. De Valkeneer.

“On peut attendre qu’un nouveau regard amène des résultats. D’autant qu’il s’accompagne d’un renforcement des effectifs policiers qui passent de 11 à 30 enquêteurs. Quand je pense qu’il y a dix ans, ils étaient six et pleuraient pour des renforts. Comment a-t-on laissé cette enquête dans un si piteux état ? En commission, Koen Geens nous a annoncé aussi une nouvelle stratégie, encore que nous attendons là aussi qu’il précise. Si ce besoin existait d’une nouvelle stratégie, faut-il déduire là aussi que celle de M. De Valkeneer ne répondait pas aux objectifs ? C’est ce que nous devons comprendre. Pourquoi cette mise à l’écart du procureur général” , s’interroge le député Ecolo qui se demande s’il “faut voir un lien avec le rôle très visible de l’avocat Vermassen depuis octobre dans ce dossier ?”

Avec ce changement de cap, Gilles Vanden Burre annonce qu’il demandera à la nouvelle enquête de reconsidérer une piste à ses yeux “trop vite abandonnée ” par l’ancienne équipe. Le député veut parler de cette piste mise au jour par la profileuse Danièle Zucker. “Je ne me satisfais pas des explications qu’on nous a servies, selon lesquelles le travail du professeur Zucker ‘manquait de sérieux, de précision et de rigueur ’, bref, ‘était inutile ’.”

article complet ici